Arianespace lance un satellite espion pour la France sur Soyouz Rocket

Une fusée Arianespace Soyouz a lancé avec succès un nouveau satellite de reconnaissance en orbite pour la France mercredi 19 décembre, le premier d'une nouvelle constellation de satellites espions pour l'armée française.



Arianespace a lancé la fusée Soyouz de construction russe depuis le port spatial sud-américain du Centre spatial guyanais pour mettre en orbite le satellite d'observation de la Terre CSO-1 pour le ministère français de la Défense, l'Agence spatiale française (CNES) et la DGA ). Le décollage a eu lieu à 11 h 37 HNE (16 h 37 GMT) après avoir été retardé d'un jour en raison du mauvais temps.



'La mise en orbite de CSO-1 montre une fois de plus comment le CNES travaille efficacement avec le ministère des Armées pour développer et exploiter ses systèmes spatiaux', a déclaré le président du CNES, Jean-Yves Le Gall, dans un communiqué. [ Satellites espions américains déclassifiés en photos ]

Une fusée Arianespace Soyouz lance le satellite de reconnaissance militaire français CSO-1 en orbite depuis le Centre spatial guyanais à Kourou, en Guyane française, le 19 décembre 2018.



Une fusée Arianespace Soyouz lance le satellite de reconnaissance militaire français CSO-1 en orbite depuis le Centre spatial guyanais à Kourou, en Guyane française, le 19 décembre 2018.(Crédit image : Arianespace)

Le satellite CSO-1 (son nom est l'abréviation de Composante Spatiale Optique) est le premier d'une constellation de trois satellites d'observation militaire pour le ministère français de la Défense. Le satellite pèse 7 861 livres (3 566 kilogrammes) et sera utilisé pour la reconnaissance au cours de sa durée de vie de 10 ans, selon un descriptif Arianespace . Le lancement de Soyouz mercredi a placé CSO-1 sur une orbite héliosynchrone initiale à une altitude de 497 miles (800 kilomètres) au-dessus de la Terre.

« Une fois à sa position orbitale finale, CSO-1 sera utilisé pour prendre des photos 3D et acquérir des images à très haute résolution dans les bandes passantes visible et infrarouge, de jour comme de nuit et par beau temps, et en utilisant une variété de modes d'imagerie pour répondre à autant d'exigences opérationnelles que possible », ont déclaré les représentants d'Arianespace dans un communiqué.



Un artiste

Illustration d'artiste du satellite de reconnaissance militaire français CSO-1 en orbite.(Crédit image : ministère français de la Défense)

Un deuxième satellite CSO sera également utilisé pour la reconnaissance, tandis que le troisième servira à identifier des cibles, a indiqué le fournisseur de lancement européen. Airbus Defence and Space a construit le satellite CSO-1 pour l'armée française.



Le lancement de mercredi marquait la 11e mission de 2018 pour Arianespace et son 20e lancement global de Soyouz dans le cadre d'un accord avec l'agence spatiale russe Roscosmos. Il s'agissait également de la deuxième mission spatiale de la journée, après la lancement réussi du satellite de communication GSAT-7A par l'Organisation indienne de recherche spatiale.

Une fusée United Launch Alliance Delta IV Heavy devrait également être lancée mercredi soir pour mettre en orbite un satellite espion américain depuis la base aérienne de Vandenberg en Californie. Et pour couronner le tout, un vaisseau spatial Roscosmos Soyouz devrait ramener trois membres d'équipage de la Station spatiale internationale pendant la nuit.

Envoyez un courriel à Tariq Malik à tmalik@demokratija.eu ou le suivre @tariqjmalik . Suivez-nous @Spacedotcom et Facebook . Publié à l'origine le Edemokratija.eu .