Objets trouvés : le télescope à ballon antarctique en bon état après un an sur la glace

Télescope ballon GRIPS dans la neige

Le télescope à ballon GRIPS financé par la NASA a été creusé dans la neige en bon état un an après son atterrissage en Antarctique. (Crédit image : Hazel Bain/Université de Californie, Berkeley)

Les scientifiques ont réussi à récupérer un ballon télescope antarctique à haute altitude après qu'il soit resté dans des conditions glaciales pendant près d'un an.



Le télescope à ballon avait passé 12 jours à voler à 24 miles (39 kilomètres) au-dessus du continent avant que les scientifiques n'envoient une commande pré-planifiée pour couper la charge utile du noyau. Après le parachutage du télescope sur la glace le 30 janvier 2016, les scientifiques ont été contraints de l'y laisser en raison de l'arrivée de l'hiver.

Alors que les scientifiques ont récupéré les données de la mission, appelées GRIPS (Gamma-Ray Imager/Polarimeter for Solar flares), la plupart des instruments sont restés dans le froid jusqu'en janvier, quand il faisait suffisamment chaud et sûr pour les ramasser. Des fonctionnaires ont volé trois fois depuis une station de recherche antarctique pour déterrer les composants du télescope et les rapporter pour expédition aux États-Unis. Ces procédures sont courantes dans la science antarctique, ont noté des responsables de la NASA. [ Voir le télescope de la NASA récupéré en Antarctique 1 an plus tard (vidéo) ]

Le télescope à ballon GRIPS financé par la NASA a été creusé dans la neige en bon état un an après son atterrissage en Antarctique.(Crédit image : Hazel Bain/Université de Californie, Berkeley)

'Bien qu'il soit resté assis sur la glace pendant un an, aucune neige n'avait pénétré dans l'électronique', Hazel Bain, physicienne solaire de l'Université de Californie à Berkeley dans l'équipe GRIPS, dit dans un communiqué . 'L'instrument cryostat, qui abrite les détecteurs GRIPS, semblait en très bon état, et nous espérons utiliser à nouveau certains des instruments.'

Après avoir été récupérés, les instruments ont été ramenés par avion à la station Amundsen-Scott South Pole de la National Science Foundation, à environ 500 miles de là. Ils ont ensuite été séchés et emballés pour être expédiés à la station McMurdo de la National Science Foundation, où la mission a commencé l'année dernière.

'L'Ocean Giant du programme antarctique américain, le navire de ravitaillement annuel de la station McMurdo, renverra les instruments aux États-Unis, où ils subiront éventuellement des tests et une évaluation pour de futurs vols potentiels', ont déclaré des responsables de la NASA dans le communiqué.

Le télescope ballon GRIPS a été lancé le 18 janvier 2016 en Antarctique.

Le télescope ballon GRIPS a été lancé le 18 janvier 2016 en Antarctique.(Crédit image : Albert Shih/NASA)

La mission est un télescope en ballon qui étudie les particules de haute énergie créées par les éruptions solaires. Les fusées éclairantes sont souvent accompagnées d'éjections de masse coronale qui envoient des particules chargées vers la Terre, endommageant parfois les satellites ou les lignes électriques. Ainsi, les scientifiques font des recherches sur les éruptions pour en savoir plus sur la façon dont elles sont générées et leurs effets potentiels sur la Terre.

GRIPS analyse spécifiquement les émissions de rayons X et gamma, qui sont toutes deux des longueurs d'onde de la lumière qui sont en grande partie bloquées par l'atmosphère terrestre. La mission à haute altitude permet aux scientifiques d'étudier ces longueurs d'onde au-dessus de la majeure partie de l'atmosphère, pour un coût inférieur à celui d'une mission spatiale classique.

En outre, les instruments à bord du GRIPS examinent les éjections de masse coronale avec trois fois plus de détails que les instruments disponibles dans l'espace, a déclaré la NASA. L'étude des rayons X et des rayons gamma montre la composition, l'abondance et la dynamique du matériau des éruptions solaires, a ajouté l'agence.

Suivez Elizabeth Howell @howellspace , ou demokratija.eu @Spacedotcom . Nous sommes également sur Facebook et Google+ . Article original sur Edemokratija.eu .